Profil de sensibilisation aux moisissures dans une population du grand Alger (à propos de 73 cas)

Belouni R1, Benyahia A2, Belanteur K2, Boulekhiout N3, Arrada Z3, Ait Belkacem H1- Laboratoire Central de Biologie, CHU « Nafissa Hamoud », Alger- Service de Pédiatrie, CHU « Nafissa Hamoud », Alger

{{ Math.ceil(time['minutes']) }} min read / 0 Commentaires / 30 Vues / Publié le 2019-10-31

 

Introduction

Les moisissures sont des champignons microscopiques ubiquitaires qui regroupent des milliers d’espèces.

Une trentaine de genres de moisissures sont rencontrés de façon régulière en milieu intérieur contaminé, les plus fréquents étant Cladosporium, Aspergillus, Penicillium et Alternaria.

Les principaux effets sur la santé associés aux moisissures sont :
-Les réactions d’hypersensibilité de type I :  provoquées par l’inhalation de spores fongiques, la rhinite allergique et l’asthme sont des exemples types.

Les réactions d’hypersensibilité de type III, sont également possibles lors d’une exposition chronique à   des moisissures du genre Aspergillus à l’origine de l’alvéolite allergique extrinsèque.

Matériel et méthodes

Il s‘agit d’une étude descriptive, rétrospective  et prospective allant de Janvier 2018 jusqu'à   Avril 2019  réalisée au niveau du laboratoire central de biologie du CHU Nafissa Hamoud.

Nous avons inclus dans notre étude 73 sujets des deux sexes âgés de 18 mois à 67 ans pour lesquels une allergie respiratoire était suspectée.

Un bilan biologique allergologique « dosage des IgE spécifiques des pneumo-allergènes » par technique immuno--dot (MEDIWISS Alleisa Screen) a été réalisé pour tous les patients.

Résultats et discussion

Notre population d’étude était composée en majorité d’enfants (54 %) suivi des adultes (27 %)
puis enfin les adolescents (19 %).

Les hommes représentaient 53% de notre population et les femmes 47%.

Les principaux symptômes sont ceux de la rhinite (50 %), l’asthme (50%), l’urticaire (18 %) et la dermatite atopique (12.5 %). L’association de plusieurs signes cliniques est assez fréquente (30.55 %).

La sensibilisation au Cladosporium herbarum était la plus élevée (37.5 %), suivie par Alternaria alternata (30.13 %), puis de l’Aspergillus fumigatus (23.28 %) , Candida albicans (8.21 %) et enfin Pencilum notatum (1.36 %).

Selon une étude marocaine, réalisée par Elidrissi et al ,  la sensibilisation à l’ A. fumigatus était la plus élevée (60% ), suivi  par la sensibilisation à l’ A. alternata (45.71 %), puis par  le Cladosporium (21.42 %).

L’Aspergillus était associé aux acariens dans 47.05 % des cas et aux pollens dans 23.52 % des cas.

L’ Alternaria alternata était associée aux acariens dans 47.45 % des cas et aux pollens dans 36.36 % des cas.

L’association de Cladosporium aux acariens était retrouvée dans 48.14 %, concernant les pollens, cette association était présente dans 37.03 % des cas.

Conclusion

À travers cette étude, l’allergie aux moisissures est non négligeable, elle touche aussi bien les enfants que les adultes qui s’exprime surtout par la rhinite et l’asthme.

Les allergènes les plus fréquemment retrouvée dans notre population sont le Cladosporium herbarum, Alternaria alternata et Aspergillus fumigatus.

 

Profil de sensibilisation aux moisissures dans une population du grand Alger (à propos de 73 cas)

AUTEUR

Dr. BELOUNI Rafik

Maître assistant au Laboratoire central de biologie, CHU Nafissa Hamoud

la Société Algérienne d’Immunologie

hôtel el aurassi, alger , 2019-10-06 jusqu'a 2019-10-07

Santedz 2019 ©