Compte rendu des 22èmes Journées Nationales de la SAP le 13 Juin 2019 à Alger

{{ Math.ceil(time['minutes']) }} min read / 0 Commentaires / 152 Vues / Publié le 2019-07-21

Pourquoi ce thème ? Est-ce par ce que le champ clinique et thérapeutique autour du psychotrauma est sans doute un des domaines de la psychiatrie qui a le plus évolué ces vingt dernières années ?

Pas seulement, car rappelez-vous qu’à l’indépendance de notre pays le terme psycho trauma ou post-traumatique stress disorder (PTSD) n’existait pas dans les classifications psychiatriques.

La nosographie de l’époque  ne comportait qu’un seul terme pour caractériser ces troubles « Syndrome subjectif des traumatisés du crane ». Les troubles post-traumatiques des moudjahiddines par exemple ne pouvaient être ni finement analysés ni correctement évalués et ne pouvaient être indemnisés que les traumatisés du crane.

Le terme PTSD a été introduit dans les classifications psychiatriques à partir de 1980 pour signifier l’impact des événements dans différentes circonstances de confrontation à la mort dans sa dimension soudaine et brutale et pour répondre aux problèmes posés par la souffrance des soldats américains de retour du Vietnam.

Plus tard le terme c’est généralisé à toutes les situations traumatiques : Rencontre avec la mort atroce d’un proche, accident circulation, catastrophe naturelle ou humaine comme guerre, tremblement de terre ou agression violente etc.

Notre pays a pris conscience de l’importance du psycho-trauma au cours des violences sociales que nous avons vécu dans les années 90.

Les soignants se sont trouvés dépassés et démunis face aux demandes d’aide formulées par la population. Les soignants eux mêmes  et leurs familles se sont retrouvés confrontés à la violence et aux risques quotidiens de violence.

Nous avons alors organisé en mai 2000 à Alger Hôtel El Aurassi un congrès international ayant pour thème : Les troubles psychiques post-traumatiques.

Le but de ce congrès était de demander à la communauté scientifique internationale de l’aide concrète pour organiser des formations et des supervisions pour les soignants confrontés aux souffrances traumatiques. Cette période de violence a fait 150.000 morts et plusieurs milliers de blessés au pays.

Nous avons reçu une aide précieuse des collègues de plusieurs pays (Canada, Suisse, Belgique, France) et des organisations internationales (OMS, l’Union Européenne, l’UNICEF etc.)

Voilà pourquoi vingt ans après ce premier congrès, nous souhaitions évaluer cette aide nationale et internationale : Comment s’est développé l’offre de soins, comment ont évolué ces souffrances, quelles sont les formations qui ce sont développées, quelles techniques de prise en charge se sont imposées ? Quelle est l’évolution de la recherche en psycho traumatologie de l’adulte et de l’enfant ?

Les réponses et les interventions des congressistes ont été des plus riches et des plus pertinentes. Voici quelques titres sur les 35 posters et les 34 communications présentés à ce congrès.

  • Interactions précoces, enfants parents traumatisés : Cette communication a précisé comment les enfants vivent le trauma des parents et ce que les parents transmettent de leur trauma à leurs enfants. L’organisation de la famille ainsi que les caractéristiques de la culture ont été également abordées , ils ont un rôle important dans la manière de protéger les enfants des violences sociales.
  • Une communication a tenté de synthétiser l’expérience Algérienne du psycho-trauma : En reprenant les catastrophes naturelles vécues (tremblement de terre de Boumerdes et les inondations de Bab El Oued) et les violence sociales pendant la décennie noire, elle a repris l’organisation de la prise en charge des souffrances traumatiques sur le terrain aux abords des lieux sinistrés et les différentes formations ayant permis ces prises en charge.
  • Traumatismes de l’enfance et troubles identitaires : Cette intervention a été à travers quelques exemples cliniques, à la recherche des troubles identitaires occasionnés par des vécus traumatiques au cours de l’enfance.
  • Addiction et psycho trauma : Cette communication à tenté de répondre à l’augmentation des conduites addictives ces dernières décennies.

La honte, la culpabilité, les reviviscences sont elles à l’origine de la consommation de toxiques ?

  • La personnalité traumatique : Le psycho trauma modifie la personnalité de la victime et transforme parfois définitivement son destin. Pourquoi certains traumatisés sont résilients et s’enrichissent de l’expérience traumatique alors que d’autres ne peuvent plus reprendre normalement le cours de leur existence ?
  • Les thérapies actuelles du psycho trauma, et l’évaluation d’un traitement considéré comme spécifique l’EMDR (Eyes Movement Desensitization and Reproccesing) :

L’EMDR est une technique psychothérapeutique proposée depuis quelques années dans le traitement du trauma. Plusieurs institutions organisent régulièrement  des formations de cette technique par des formateurs agréés. Deux communications ont proposé  des évaluations par certains services universitaires  de patients pris en charge par cette technique.  

Ce congrès nous a permis de faire le point sur l’évolution de la pathologie traumatique dans notre pays. Il nous a également permis de s’informer sur l’état de la recherche autour de la souffrance du psycho-trauma et du PTSD, enfin il nous a également poussé à réfléchir sur les meilleures techniques thérapeutiques et les possibilités de formation à ces techniques. Justement l’après midi du 14 juin a été réservé à la formation des soignants.

AUTEUR

Pr. KACHA Farid

Psychiatre à l'EHS de Chéraga, Alger Président de la Société Algérienne de Psychiatrie

AUTEUR

santedz

L'éditorial du 1er guide de la santé en Algérie

Société Algérienne de Psychiatrie

hôtel el aurassi, alger , 2019-06-13 jusqu'a 2019-06-14

Santedz 2019 ©