L'industrie pharmaceutique Algérienne : Un modèle de résilience durant la pandémie COVID19

Présenté par l'Union Nationale des Opérateurs de la Pharmacie (UNOP)

{{ Math.ceil(time['minutes']) }} min read / 0 Commentaires / 41 Vues / Publié le 2021-07-26

  1. Impact économique de la pandémie sur les fabricants dans la région MENA :

La pandémie à impacté négativement la croissance économique mondiale, la même dynamique a été enregistrée dans la région MENA,

En 2019 (en pré COVID) : la croissance de la majorité des pays de la région MENA ont eu un pic réel positif

En 2020 (en post COVID) : sur le plan mondial il y a une rescision qui est de 8% qui est la plus importante après la 2éme guerre mondiale.

L’Algérie qui avait une croissance de 0.6% en 2019 retombe à -6% en 2020

* Les laboratoires pharmaceutiques et d'autres prenantes du secteur de la santé doivent passés de la compréhension de l'impact de la pandémie à la gestion de leurs entreprises en avenir suivant une stratégie qui est :

La compréhension=> protection=> continuité de l'activité=> réussite des entreprises (qui est le cas par exemple des fabricants des masques qui sont installés au bout de 6 mois)

  1. Les lacunes de systèmes de santé :

-Les modèles sont effondrés au bout des premières semaines, les patients n'arrivaient pas tous à trouver des places dans les hôpitaux avec parfois un arbitrage de qui hospitalisé en classant les populations prioritaires

 Personne n'a été préparé à cette pandémie même les pays les plus développés donc il faudrait mettre à nu toute ses insuffisances pour essayer de développer à l'avenir car on n’est pas à l'abri d'autres catastrophes sanitaires, et de mettre une conduite à tenir et surtout de l'anticipation, faire des exercices de simulation en temps ordinaire les répétés à chaque fois, formés le personnel.

-Les pays qui sont grands fabricants des matières premières ont interdit l'exportation de produits finis et des matières premières du produit pharmaceutique utilisés contre la COVID 19, c'est une première dans le Monde et ça montre le renfermement de chaque pays pour ses intérêts ce qui appel en post COVID à une réflexion géostratégique car aucun pays n'a la possibilité de fabriquer tous les produits qui peuvent être consommés et ça appel aussi à mettre une réglementation vu qu'il s'agit de la santé humaine.

Les plus grands fabricants des MP sont l'Inde et la Chine mais 70% des MP utilisés par les entreprises indiennes  proviendrait de chine ,ce qu'il fait que la Chine est le plus grand pôle ce qui est très dangereux et inquiété surtout les grandes puissances comme les états unis et les pays européens et par conséquent il y a eu une réflexion de relocalisation de la fabrication de certains produits (sans toucher à tout ce qui est biosimilaires) , et au faite ce qui a sauvé l'année c'est là que les fabricants des MP chinois n'étaient pas dans les zones affectées.

-Grosse tension sur les tests PCR qui ont été développés très rapidement avec d'autres Tests qui sont en développement et sont encore plus fiables.

- les essais cliniques ont été arrêtés pour la majorité des multinationales, et maintenant il y a un début de digitalisation et de télé travail qui s'est accéléré à cause de COVID.

  1. Augmentation des prix et perturbations de la chaîne d'approvisionnement :

Exemples des articles de conditionnement : le PVC qui a augmenté de 32%, les étuis de 20%.

Exemples des principes actifs : paracétamol 62% Carbamazépine 7%

Exemples des excipients : saccharine 59%, carpobole 53%...

Ajouté à cela la dévaluation de dinars alors que les prix publics et les prix sortie usine donc les fabricants ont absorbés cette érosion de leurs marge alors que aucun fabricants n'a écrit pour demande d'augmentation de ses prix.

4.evolution de marché et acteurs :

Les capacités de production des :

Masques barrières ou alternatifs : plus de 1600 fabricants avec une capacité de production de 8.25 millions masques/jour.

Masques chirurgicaux :18 fabricants agréent avec capacité de production de 1.73 millions masques/jour.

Masques ffp2 :8% fabricants agrées avec capacité de production de 0.626 millions/jour.

Oxygène médical : 4 fabricants (2 sont en cours de développement) avec capacité de production de 450000/jour.

Donc on peut facilement d'imposer comme exportateurs si on arrive à être autonome.

  1. Analyse de la consommation pendant la pandémie :

La croissance de marché pharma de la région MENA s'élève à 6.8% Pour les 5 prochaines années avec des chiffres plus élevés pour d'autres pays comme la Russie plus de 10% à cause de l'encouragement de la production locale avec des objectifs et programmes bien définis et des facilitations énormes.

Le marché algérien : entre 2016 et 2020, la croissance annuelle moyenne était de 6% avec une décélération en dernière année entre 2019 et 2020 a été causé par la pandémie et la croissance avait baissé à 3%.

La pénétration des génériques : en 2020 les génériques représentent plus de 48% et les princeps ont reculés a 37%.

Les produits locaux à 51% et l'importation avait baissé à 49%.

Le ratio entre production locale et importation : plus le dinar dévalue plus les parts du marché des producteurs baisse.

  1. Prospectives et changement de comportement des acteurs des produits prenantes :

La vitesse de croissance annuelle diffère surtout de celle de l'année 2019_2020 ainsi que les investissements réalisés.

En post COVID il faudrait que les autorités ainsi que les acteurs de la chaîne pharmaceutique essayent d'avoir une certaine cohérence afin d'éviter les perturbations du marché.

*Top 5 classes thérapeutiques ayant enregistrés des évolutions :

-En unité de ventes :

Antalgiques 17%, les produits de métabolisme diabète et nutrition 8% (sans raison apparente), gastro-entérologie 2%, cardiologie angiologie 9% et divers (zinc, vitamine C, compléments alimentaires 32%. (Les ruptures peuvent avoir un impact)

*5 classes thérapeutiques ayant enregistrés la plus grande décroissance :

-en unité de vente :

Ophtalmologie -19%_ anti inflammatoire -8%_ pneumologie -10%_ endocrinologie et hormones -6%_ dermatologie-6%.

*5 classes thérapeutiques ayant enregistrés une évolution 2019/2020 :

En chiffres d'affaires :

Métabolisme, nutrition, diabète 24% _ cardiologie et angiologie 7%_ divers 15%_ infectiologie 10% _ antalgiques 11%

*5 classes thérapeutiques ayant enregistrés des plus grandes décroissances :

En chiffres d'affaires :

Endocrinologie et hormones -9% _ ophtalmologie -18% _ pneumologie -10%_ neurologie -6% _ gynécologie -11%

Toute ses variations devraient faire l'objet d'analyse statistique produit par produit Pour contrôler la situation et se préparer avec une conduite à tenir devant des situations d'urgence sanitaire.

EN AVENIR : le circuit du patient va changer vers la digitalisation.

EN ALGÉRIE : on doit rattraper le retard de connexion.

- nous devrions développer une réflexion d'alliance régionale avec certains pays où il y a des accords de complémentarité.

AUTEUR

unop

SIPHAL

palais des expositions safex alger , 2021-07-07 jusqu'a 2021-07-10

Santedz 2022 ©