Une pustulose exanthématique aigue généralisée au paracétamol : à propos d’un cas

H Sahel1, F A Saari2, M Demdoum3, F Otsmane1

1-Service de dermatologie CHU Bab El Oued Alger, 2-Service de pédiatrie CHU Beni Messous, 3-Pédiatre libéral El Oued

{{ Math.ceil(time['minutes']) }} min read / 0 Commentaires / 3 Vues / Publié le 2019-04-18

Introduction :

Le groupe EuroSCAR a récemment désigné le paracétamol comme étant « Un traitement d'usage fréquent sans association significative avec la pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG) ». Cependant, quelques rares cas de PEAG associés à la prise de paracétamol ont été rapportés. Nous rapportons un nouveau cas chez un enfant.

 

Observation :

Patient âgé de 15ans aux antécédents d’une cryptorchidie bilatérale traitée par des gonadotrophines à l’âge de 5ans, consultait en 2013 pour des céphalées, l’EEG montrait une activité paroxystique partielle bilatérale temporo-parieto-rolandique et l’ IRM cérébrale un hamartome capsulaire pariéto-rolandique. Un traitement à base de tegretol a été institué.12 jours après, il présentait des lésions érythemato-pustuleuses généralisées avec quelques éléments purpuriques au niveau des membres inferieurs et du visage. Ces lésions évoluaient dans un contexte fébrile avec une altération de l’état général. Le bilan biologique révélait une hyperleucotyose avec une hyper éosinophilie, un syndrome de cytolyse (3fois la normale). . Le patch test à la carbamézine (concentration à 10%) était fortement positif (+++). L’évolution était favorable en un mois après l’arrêt de tegretol et sous traitement symptomatique. Le diagnostic d’un DRESS syndrome a été retenu et le tegretol était formellement contre-indiqué. 6 mois après, l’enfant présentait une fièvre à 39.8°, il recevait un sachet de paracétamol à 500mg. Environs une heure après, une éruption érythémateuse très prurigineuse apparaissait sur le tronc s’étendant rapidement à tout le corps prenant un aspect érythemato-pustuleux avec une hyperhémie conjonctivale bilatérale. Bilan biologique était normal (NFS, et hépatique). Cette éruption s’améliorait en une dizaine de jours après arrêt du paracétamol et sous traitement symptomatique. Il y un mois, le patient présentait un syndrome grippal et suite à la prise de paracétamol, il présentait une réaction similaire. Le patch test au paracétamol (concentration à 10%) était fortement positif (+++) avec des éléments pustuleux. Le diagnostic d’une PAEG au paracétamol a été retenu avec une contre-indication formelle du paracétamol.

 

Discussion

Le groupe EuroSCAR a récemment désigné le paracétamol comme étant « Un traitement d'usage fréquent sans association significative avec la PEAG. Cependant, quelques rares cas de PEAG associés à la prise de paracétamol ont été rapportés. Le paracétamol est l'un des médicaments les plus utilisés en Europe et aux États-Unis. Il est largement utilisé sur ordonnance et en vente libre comme antalgique et un antipyrétique. La PEAG est secondaire à la prise de médicaments dans au moins 90% des cas. Les lésions débutent le plus souvent entre un et 12 jours après le début de la prise médicamenteuse et guérissent spontanément en moins de 15 jours après l’arrêt du traitement. Les médicaments concernés sont plus souvent les antibiotiques, les antimycosiques, les inhibiteurs calciques, les analgésiques…etc. Le rôle des agents infectieux Coxsackievirus B4, CMV, Parvovirus B19, Chlamydia, Escherichia Coli a été suggéré dans certains cas en particulier chez les enfants. D’autres cas ont été attribués à des facteurs tels que la nourriture, les huiles essentielles, et les compléments alimentaires. La PEAG représente une réaction d'hypersensibilité retardée au cours de laquelle des patch tests avec le médicament suspecté peut être utile. Les tests peuvent être positifs chez 58% des patients dans une série récemment rapportée. Le diagnostic différentiel se pose avec d’autres pustuloses notamment avec psoriasis pustuleux généralisé et le DRESS : l’apparition brutale, l’évolution rapide et la guérison spontanée lorsque le médicament en cause est arrêté en même temps que la non-récidive et l'absence d'antécédents personnels et familiaux de psoriasis sont des éléments en faveur du diagnostic de la PEAG. En raison de l'histoire clinique, la positivité des tests cutanés, nous avons relié la PEAG à la prise de paracétamol.

 

Conclusion

La PEAG secondaire à la prise de paracétamol doit être évoquée en présence d’une pustulose fébrile chez un enfant.

 

Références

1-Boccaletti V, Cortelazzi C, Fantini C, Tognetti E, Fabrizi G, Pagliarello C, et al. Acute generalized exanthematous pustulosis following paracetamol ingestion in a child. Pediatr Allergy Immunol 2015;26(4):391-2

2- Sezer E, Sezer T, Koseoglu D, Filiz NO. Acute generalized exanthematous pustulosis in a child. Pediatr Dermatol 2007;24(1):93-5

Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique

centre international de conférences,club des pins , 2019-03-14 jusqu'a 2019-03-15

Santedz 2019 ©