Le cancer du sein chez l’homme, à propos d’un cas rare et revue de littérature

Dr. R.Allali, M.Abada

{{ Math.ceil(time['minutes']) }} min read / 0 Commentaires / 11 Vues / Publié le 2019-03-13

Les cancers du sein chez l’homme (CSH) représentent environ 1 % de l’en semble des cancers du sein (1, 2).L’âge médian est d’environ 65 ans (3).

Le mécanisme physiopathologique commun semble être un excès d’œstro- gènes et/ou une carence en testostérone.

Le diagnostic est fait le plus souvent aux stades tardifs.

Carcinome canalaire infiltrant (CCI) le plus souvent, avec RH positif, dont le TRT est similaire à celui du cancer chez la femme ménopausée.

Cas clinique

Un patient âgé de 45 ans, sans ATCD particuliers, qui présente une masse rétro aréolaire gauche de 5cm de diamètre avec ulcération cutanée évo- luant depuis un an et demi ( figure1).

La mammographie, trouve une masse aux contours irréguliers au niveau rétro aréolaire, désorganisation architecturale de voisinage sans signes calciques péjoratifs. Examen Classée ACR IV .

A l'histologie, il s'agit d'un carcinome infiltrant non spécifique grade II de SBR , pas d’embols vasculaires. RH positif , HER2 négatif, KI 67> 50%

Le bilan d'extension est sans particularité. Tumeur classée initialement T4N1M0,

le patient a reçu 8 cures de Chimiothérapie néoadjuvante, suivi de chirurgie radicale type mastectomie selon technique de Patey modifiée+ curage ganglionnaire( figures 3,4,5) . Tumeur classée après chirurgie PYT2N1M0, résultats anapath confirme le diagnostic avec BDR saine et donc résection type R0, CG avec prélèvement de 19 ganglions dont (2N+/19N).

Suivi de radiothérapie adjuvante et d’hormonothérapie type Tamoxifène. Actuellement en rémission complète depuis 13 mois

Discussion

Le cancer du sein chez l'homme est rare et représente moins de 1 % des cancers chez l'homme1,5 .La fréquence est cinq fois plus élevée en Afrique5,8 du fait des pathologies infectieuse hépatiques provoquants élévation des

taux d’œstrogène. L'âge moyen auquel est fait le diagnostic est de 65 ans, environ dix ans plus tard que chez les femmes1,5

L’étiopathogénie reste inconnue du fait de la rareté de la pathologie.

Les facteurs de risque connus sont: ATCD familiaux de cancer5-8, mutation du gène BRCA2 surtout, syndrome de Klinefelter1,3, l’exposition à la radia- tion et la cirrhose4. Les FDR possibles sont: la gynécomastie6, obésité, con- sommation d’alcool et anomalies testiculaires.

Le CSH se présente s/f d’une tuméfaction douloureuse rétro-aréolaire, d’une rétraction mamelonnaire2,3,5 et d’un écoulement sanglant.

Le délais entre les premiers symptômes et le diagnostic est fait après plus d’un an d’évolution2,4,5. La faible épaisseur du tissu glandulaire explique la fréquence élevée des formes avancées T4.

Le type histologique est le plus souvent CCI dans plus de 90%2,4,5,8, avec statut luminal-B-like/HER2 négatif dans la majorité des cas11,12.

La taille tumorale associée à N+ et/ou RH négatif sont associés au mauvais pronostic.

La mastectomie radicale modifiée associée à un curage ganglionnaire est indiquée dans tous les stades, le TRT conservateur n’est pas recommandé 7,9

La radiothérapie améliore le control local et la survie sans progression.

La chimiothérapie adjuvante séquentielle est indiquée chez les patients T>1cm, N+. Anthracycline et taxanes1,7.

L’hormonothérapie: Tamoxifène reste le traitement de choix1,2,7.

Les hommes ayant une tumeur de 2 à 5 cm ont un risque de décès majoré de 40 % par rapport à ceux dont la tumeur mesure moins de 2 cm.

La survie globale à 5 et 10ans du cancer du sein chez l'homme est aux alentours de 60 et 40%. 5,8

Bibliographie

  1. Harlan L. C., Zujewski J. A., Goodman M. T., Stevens J. L., « Breast cancer in men in the United States. A population- based study of diagnosis, treatment and survival », Cancer, vol. 116, no 15, août 2010, p. 3558-3568
  2. Cardoso F., Bartlett J. M. S., Slaets L. et al, « Characterisation of male breast cancer: results of the EORTC 10085/ TBCRC/BIG/NABCG International male breast cancer program », Annals of Oncology, vol. 29, no 2, février 2018, p. 405- 417
  3. Cutuli B., Cohen–Solal Le-Nir C., SERIN D. et al, « Male breast cancer. Evolution of treatment and prognostic factors. Analysis of 489 cases », Critical Reviews in Oncology/Hematology, vol. 73, no 3, mars 2010, p. 246-254
  4. Reid C, Pintilie M, Lim R, Miller N Male breast carcinoma: a review of 229 patients who presented to the Princess Margaret Hospital during 40 years: 1955-1996.Goss PE, Cancer. 1999 Feb 1; 85(3):629-39.[PubMed]
  5. Bourhafour M et al. Male breast cancer: a report of 127 cases at a Moroccan institution. BMC Research Notes. 2011 jun29; 4:219. PubMed | Google Scholar
  6. SonnenblickEB,etal.Incrementalroleofmammographyintheevaluationofgynecomastiainmenwhohaveunder- gone chest CT. AJR Am J Roentgenol. 2016 Aug;207(2):234–40. [PubMed]
  7. PDQ Adult Treatment Editorial Board. Male Breast Cancer Treatment (PDQ). Health professional Version. 2016 Feb 12. PubMed | Google Scholar
  8. M Elbachiri et al. Cancer du sein chez l’homme: à propos de 40 cas et revue de la littérature, The Pan African Medical Journal.2017; 28:287 doi:10.11604.
  9. Giunta Gabriele et al.MALE BREAST CANCER: MODIFIED RADICAL MASTECTOMY OR BREAST CONSERVATION SURGE- RY? International Journal of Surgery Case Reports http://dx.doi.org/10.1016/j.ijscr.2016.11.030
  10. Zhu J, et al. A role for the androgen receptor in the treatment of male breast cancer. Crit Rev Oncol Hematol. 2016 Feb;98:358–363. [PubMed]
  11. Muir D, Kanthan R, SC. A population-based comparative immunohistochemical analysis. Arch Pathol Lab Med. 2003;127(1):36–41. [PubMed]
  12. Masci G et al. Clinicopathological and immunohistochemical characteristics in male breast cancer: a retrospective case series. Oncologist. 2015 Jun; 20(6): 586- 592. PubMed | Google Scholar

AUTEUR

Dr ALLALI Radhia

Chirurgie générale, EPH Miliana

Association Algérienne des Chirurgiens Libéraux

hôtel azul club palm beach , 2019-02-22 jusqu'a 2019-02-23

Santedz 2019 ©